• Victoria Debargue

Clean'fluence, Bee-fluence, pods... L'actualité du marketing d'influence à ne pas manquer

Mis à jour : mai 1

Influenceurs, instagrammeurs, youtubeurs... Facile. Ce vocabulaire, vous le connaissez. Vous êtes même capable de citer les tops blogueurs par secteurs, vous reconnaissez certains visages dans des publicités. Félicitations, vous êtes bientôt un pro ! Enfin, bientôt ... C'est sans compter sur les nouveaux concepts, les nouveaux termes et les anglicisme du marketing d'influence qui naissent chaque jour. Pas de panique, je décrypte pour vous l'actualité du marketing d'influence à ne pas manquer.


Clean'fluence : le label qui va faire du bruit


Jusqu'où les Influenceurs sont-ils prêts à aller pour gagner en visibilité ? Utilisation de robots pour booster les nombres, achat de faux abonnés ou de likes... Les "fake Influenceurs" sont de plus en plus nombreux : un calvaire pour les marques, qui peinent à déceler les Influenceurs honnêtes et les tricheurs.

Un conseil : tout est une question de ratio. Un Influenceur qui a plusieurs centaines de milliers d'abonnés n'est pas toujours la super-star que l'on croit : posez-vous les bonnes questions. Par rapport au nombre d'abonnés, est-ce que le nombre de likes et de commentaires me parait cohérent ? Le contenu des commentaires paraît-il crédible, ou s'agit-il seulement de pods (les quoi ?! Je vous explique plus bas ;) )


Toutefois, une chose est sûre : vous n'aurez pas toujours les bonnes réponses à ces questions. Pour distinguer les influenceurs les plus engageants auprès de leur communauté, un label a été crée en 2019. Il s'agit du label Clean'fluence, mis au point par l'agence de marketing d'influence Brandslovblogs. Grâce à ce label, les micros-influenceurs les plus "cleans" sortent du lot : ce sont eux, les véritables experts à qui faire confiance, ceux qui rassemblent une communauté authentique et qui produisent du contenu avec respect et transparence.


Le petit + ? Chaque Influenceur peut demander à être labellisé : la méthode est expliquée ici et pour plus d'informations, l'agence Brandslovblogs répond aux curieux.



La première Bee-fluenceuse : une idée de génie !


Les règles du marketing d'influence changent. Hier, il fallait (au minimum) un smartphone et ses deux mains pour devenir une star d'Instagram. Epoque révolue ! Aujourd'hui, les nouveaux influenceurs en vogue ne sont plus des humains ! On se souvient de Miquela, l'influenceuse aux 1,6 millions d'abonnés qui n'est autre qu'une image de synthèse à l'apparence humaine, qui multiplie les contrats avec les marques, les poses avec les stars, les histoires de coeur... C'est désormais Bee-fluencer qui lui vole la vedette depuis juin 2019. Et ce n'est autre... qu'une abeille !


Mais pas n'importe quelle abeille : Bee est une pro des selfies, des hashtags et des partenariats avec les marques. Non, ce n'est pas un délire de potes de fin de soirée. Bee a été créée pour sauver le monde. Tout simplement.



Derrière cette initiative ? La Fondation de France a crée l'organisation Bee Found. Le principe est simple : grâce à sa notoriété (déjà 106 000 abonnés) et ses partenariats (eux, réels), Bee collecte de l'argent reversé à Bee Found, qui met en place des actions pour sauver les abeilles.


Il était urgent d'agir, et la Fondation de France l'a fait : En France, plus de 30% des colonies d’abeilles disparaissent chaque année, alors qu'elles sont indispensables au maintien de l'équilibre des écosystèmes et de l'agriculture. Pour sauver les abeilles, Bee endosse à la perfection son rôle d'Influenceur, avec une communauté soudée et des marques engagées à ses côtés. Son dernier partenariat, mettant en avant Ricola, a généré plus de 10 000 likes en 5 heures ! A new success story has just bee-gun.


Pour découvrir les pilliers d'action mis en place par Bee Fund, c'est par ici.



Les pods : ce phénomène qui pollue mon Instagram


La première fois que j'ai découvert cette pratique, je me suis simplement dit : "tiens, c'est marrant, cette blogueuse vient seulement de poster cette photo il y a 10 minutes et toutes ses copines blogueuses se sont déjà donné rendez-vous pour laisser un petit commentaire." Jusque là, rien d'alarmant. Je me suis revue au collège, demander à mes meilleures copines d'aimer ma nouvelle photo de profil sur Facebook (alors là, ne me faites pas croire que je suis la seule !). En réalité, sur Instagram, les Influenceurs raffolent de cette technique pour booster leur audience...


Si les influenceurs ont bien UN ennemi, c'est l'algorithme d'Instagram. Ce maudit algorithme, qui noie certaines publications dans des feeds d'abonnés surchargés, empêche les instagrammeurs de cumuler likes et commentaires sur leurs photos, puisque leurs abonnés ne voient pas les photos postées. Pour re-booster l'engagement généré, la technique des pods a été lancée, en 2017/2018 (à mon avis, car il est difficile de dater cette technique... personne ne se vante d'en être le pionnier !)


Alors, un pods, qu'est-ce que c'est ? Tout simplement un groupe d'instagrammeurs, qui se regroupent dans une conversation et s'avertissent dès qu'ils/elles postent une nouvelle photo. On ne parle pas là de soutien entre copines, mais d'un véritable business qui est en jeu ! Car plus une photo est commentée, plus l'engagement de la publication sera boosté et visible auprès du plus grand nombre, celle-ci générant (à priori) de l'intérêt. Les "vrais" abonnés, quant à eux, seront davantage tentés de commenter (par effet boule de neige), et les marques seront séduites par un taux d'engagement maximal.

Pas très clean'fluence, tout ça...


Alors, prêts à ouvrir l'oeil sur les "pods" et miser sur les micros-influenceurs "clean'fluence" tout en suivant Bee, l'abeille qui va sauver le monde ? Je pense que oui ! A bientôt pour un nouveau décryptage.


© 2019 - Victoria Debargue

Logo-LinkedIn.png